Industrie 4.0

Une démarche d’amélioration au service de la stratégie d’entreprise

Qu’est-ce que l’industrie 4.0 ? Le terme Industrie 4.0 a été utilisé officiellement pour la première fois en Allemagne, dans le cadre de la foire industrielle de Hanovre, en 2011. L’industrie 4.0 est plus qu’une batterie de technologies à application industrielle : c’est une démarche d’amélioration continue reposant sur la mise en place d’outils et de systèmes digitaux interconnectés, avec l’humain en son centre.

 

Peut-on atteindre le stade final de la mutation vers l’Usine 4.0 ? Une entreprise tend vers le 4.0, mais comme dans toute démarche d’amélioration continue, par définition, elle ne l’atteint pas. C’est une roue qui tourne sans fin. Pour reprendre le même comparatif que précédemment, une entreprise ne devient pas labellisée « Lean ». Il s’agit d’une philosophie d’entreprise, d’un mécanisme complexe composé d’outils et de méthodes simples, adaptés aux spécificités de l’entreprise. Ce que la méthodologie du Lean  a pu apporter à une usine d’assemblage automobile n’est pas nécessairement reproductible dans d’autres secteurs d’activité ou même d’un constructeur automobile à l’autre ou d’une usine à l’autre.

 

Au démarrage d’une démarche d’amélioration Lean, la vision à long terme doit avoir été définie. Une fois cette vision partagée par les collaborateurs, il est important d’impliquer toutes les sphères de l’entreprise. Les méthodes et outils mis en place doivent aider l’entreprise à se rapprocher chaque jour de sa vision. Il faut privilégier une démarche d'amélioration itérative à cycles courts (PDCA). Si la mise en place d’un kanban ou du flux tendu n’est pas cohérent avec la stratégie de l’entreprise, ce n’est peut-être pas ce qu’il faut mettre en place dans l’immédiat. 

 

C’est la même chose pour le numérique. C’est un ensemble d’outils au service d’une stratégie.

Une démarche “Industrie 4.0” transcende la donnée et l’information afin de permettre à l’homme de prendre des décisions rapides et éclairées. La capacité de calcul de la machine est au service de la créativité et de l’intuition humaine.

"Les méthodes et outils mis en place doivent aider l’entreprise à se rapprocher chaque jour de sa vision."

Le coffre à outils de l’Industrie 4.0

Si votre entreprise a pris le virage du digital, vous entendrez certainement parler à un moment ou un autre de MES, d’ERP, de Plateformes Low Code, d’Internet des objets connectés industriels (IIOT), de Big Data, de Cloud/Edge computing, de Machine learning, de cobotique, d’intelligence artificielle, de réalité augmentée, de blockchain, d’impression 3D, de jumeaux numériques, etc.

 

Tous ces termes gravitent autour du concept de la transformation digitale et sont omniprésents dans la bulle de l’Industrie 4.0. Difficile d’être expert dans tous ces domaines. C’est pourquoi Solutyo travaille avec un réseau de partenaires chacun expert dans son domaine.

"La mise en place de ces outils, essentielle à la survie de l’organisation, doit suivre un plan adapté à la réalité propre de chaque organisation."

Le plan

Attendez, avant d’aborder le sujet de la maintenance prédictive par intelligence artificielle, que vos machines soient connectées et que votre ERP et GMAO soient utilisés correctement.

 

Il existe plusieurs prérequis pour vous assurer une transformation digitale réussie. Un audit 4.0 ou audit de maturité digital permettra de déterminer les écarts à corriger et de construire votre  feuille de route du 4.0.

Une démarche d’excellence opérationnelle, au préalable ou en parallèle d’une démarche de transformation digitale, est dans la plupart des cas nécessaire. L’ampleur de l’effort requis variera cependant. Il est important que l’entreprise ait une culture de la donnée, des comportements de gestion adaptés et des processus efficients. Automatiser un processus générateur de gaspillage ou une tâche inutile amplifie le gaspillage.

"d’abord s’attaquer aux petits projets à gains rapides"

La méthode des petits pas

L’ampleur de l’effort que semble exiger un projet d’Industrie 4.0 et l’idée de mettre un pied dans ce monde rempli d’inconnus pourrait vous décourager, voire vous paralyser. Une bonne façon d’aborder le sujet est de d’abord s’attaquer aux petits projets à gains rapides. Voici quelques exemples d’améliorations simples permises par le digital et qui peuvent rendre votre organisation plus performante, si elles sont en accord avec votre stratégie :

  • Développer et déployer votre site web (mieux vaut tard que jamais).

  • Automatiser une partie du processus d’achats afin d’éviter les piles de demandes d’achat en attente d’approbation sur le coin du bureau et les files d’attente devant le bureau de l’acheteur pour faire le suivi des différentes demandes.

  • Mettre en place un intranet moderne (mieux vaut tard que jamais) au lieu d’accepter que l’information et la documentation soit dispersées et mises à disposition de façon dysfonctionnelle.

  • Mettre en place un système de gestion des documents afin de s’assurer que c’est bien la dernière révision d’un document qualité qui est à disposition de la production.

  • Connecter vos machines afin de pouvoir calculer le taux de rendement global (TRG) et recevoir des alertes en cas d’anomalies prolongées.

  • Mettre en place un Extranet pour permettre à vos client et fournisseurs de ne plus avoir à passer par le téléphone ou les mails pour mettre à jour le statut d’une commande.

  • Mettre en place un système de pilotage de la performance en temps réel afin que vous et vos équipes communiquent de l’information à jour et basée sur des faits en ce qui a trait à la performance de l’entreprise.

  • Dématérialiser les gammes de contrôle au lieu de gérer de la paperasse trop souvent non valorisée.

  • Faire développer une application mobile sur-mesure vous permettant de contrôler les points critiques de vos processus et de pouvoir retrouver l’information collectée afin de passer de l’observation à l’amélioration.

  • Mettre en place un workflow de demande de congé et approbation au lieu de l’obsolète demande au format papier.

  • Etc.